Des Montagnes d'Histoires, le magazine de la Destination Peisey-Vallandry - 2 : Automne-Hiver 2016-2017

Archives

Toutes les vidéos

Mode d'emploi

Collapse

Uncollapse

Soyez informé de la mise en ligne de votre prochain E-Mag

Envoyer Fermer

Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

Votre inscription a échoué

* Champs obligatoires

pisteurs.jpg Les pisteurs
IMG_5730-copie.jpg
Les dameuses en piste

Le domaine skiable de Peisey-Vallandry en chiffres

29 pistes

85 kilomètres de pistes

11 remontées mécaniques

57 pisteurs secouristes (sur tout le site)

6 conducteurs d’engins de damage

117 canons et perches à neige

1 avalancheur

5 dameuses pour le ski alpin

1 dameuse pour le ski de fond

Retour En avant

Événement

Dans les coulisses de l'ouverture du domaine skiable

Si la neige est bonne, ce n’est pas seulement grâce à Madame Météo ! Tout au long de l’année, des équipes préparent la saison de ski. Rencontre avec des hommes de l’ombre aux petits soins pour le domaine.

Sur les pentes de Peisey‑Vallandry, la saison hivernale se prépare dès le mois de… mai. Il n’y a pas de mystère, pour que les skieurs puissent profiter de la meilleure neige possible, le travail en amont est considérable. C’est d’ailleurs pour cette raison que des équipes restent en place toute l’année, et particulièrement une vingtaine de pisteurs-secouristes.


Un grand travail de préparation


Originaire de la station et « né avec les skis au pied », Gilles Gontharet fait partie des permanents depuis 2007. « Au printemps et en été, explique-t-il, il faut être polyvalent. On fait un peu tous les travaux, dont la réparation des cabanes, l’entretien et les révisions des traîneaux et des barquettes ».


Dehors, les hommes s’affairent pour préparer les pistes, comme le confirme le responsable du site (pour Les Arcs 1600, Les Arcs 1800 et Peisey‑Vallandry), Yves Giachino : « Nous procédons à des travaux de terrassement et à de l’engazonnement, qui aideront à la conversation du manteau neigeux. Si l’herbe est bien ras, il n’y aura pas d’air entre le sol et la neige ». Une partie du travail consiste encore à construire des barrières à vent, derrière lesquelles viendront se former des congères, une neige qui pourra ensuite être remise sur les pistes.


C’est à l’automne que les choses s’accélèrent. Le « gros des troupes » rejoint les équipes de permanents. Le moment est venu de poser les filets de protection, les panneaux de signalétique, les balises, les matelas autour des pylônes. « On ne peut pas se permettre de prendre le moindre risque », confirme Gilles Gontharet. « Et même avant l’ouverture du domaine, pour que les personnes et les machines puissent travailler en toute sécurité ».


Cela implique, entre autres et au besoin, le déclenchement d’avalanches. Les pisteurs secouristes, qui sont aussi des artificiers, peuvent entrer en action aux premières neiges. « Si la neige tombe autour du 15 novembre, on peut se préparer à une jolie saison ! ».


L'entrée en piste des dameuses


Quelques chutes de neige, justement, et les dameuses entrent dans la danse. À la tête d’une équipe de huit personnes, Hubert Poccard, qui avoue toujours attendre la saison avec une certaine impatience depuis 35 ans qu’il travaille à Peisey‑Vallandry, poursuit sa mission annuelle : « Faire en sorte que le domaine soit skiable tout au long de la saison avec la meilleure neige possible ».


On connaît l’importance de la sous-couche, tasser la neige naturelle pour la rendre la plus solide possible relève de la responsabilité de l’équipe de damage. « Nous mettons également en place la neige de culture, produite par une équipe dédiée dès qu’il fait suffisamment froid. C’est un travail différent ».
« La plus grosse évolution depuis que j’ai commencé à travailler en 1988 », c’est d’ailleurs ainsi que Gilles Gontharet qualifie le déploiement de la neige artificielle sur le domaine. « Aujourd’hui, tout est en fixe. Cela représente des kilomètres et des kilomètres de tranchées, jusqu’à 2 200 mètres d’altitude sur Peisey‑Vallandry ».


En chiffres

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

PEISEY_splash_v2.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même